Modes et travaux forcés

Gros morceau pour un poste prestigieux dans la mode et le luxe (des clients, pas forcément les vôtres), sur Paris évidemment, et il va sans dire que la passion et le professionnalisme sont au rendez-vous de cette offre alléchante.

Première grosse avancée: la quête de sens millénaire de l’Humanité semble avoir trouvé une réponse évidente, puisqu’il s’agit simplement de trouver un emploi à un candidat, dans une entreprise où il fait bon vivre.

Nous nous étions tous un peu fourvoyés dans des idéaux spirituels ou égalitaires, alors que le bonheur semble être à la portée d’une cafetière Nespresso entre collègues de travail.

La question du sens résolue, penchons-nous un peu sur la méthode « à la manière d’un entrepreneur » qui consiste à faire un peu tout tout seul, harceler téléphoniquement d’autres entreprises et ramener du chiffre d’affaires, qui n’est donc pas le vôtre mais bien celui de votre employeur. C’est comme quand vous lisez sur un menu « tarte au citron à la manière de grand-mère », c’est rarement votre grand-mère qui est concernée mais plutôt un commis sous-payé à qui le boss a ordonné de rajouter des Spéculoos dans l’appareil parce que ça fait vintage.

Recentrons-nous: vous développez le fameux portefeuille client (de manière enthousiaste et créative, démerde-toi avec ça) et en contrepartie vous êtes formé à un métier valorisant (le proxénétisme?) mais surtout éminemment humain, puisque attention scoop il s’agit de mettre en relation des individus et non pas des animaux ou des objets inertes.

Petits passages lyriques avec « les jours se suivent et ne se ressemblent pas » ou mon favori « vous aimez déplacer des montagnes mais aussi décrocher votre téléphone » et une invitation au voyage que n’aurait pas refusée Baudelaire (Paris, Sydney, Singapour, exotisme quand tu nous tiens…).

Evidemment, la contrepartie à donner un sens – et un package attractif, mais assez flou – à votre existence misérable sera votre performance de « compétiteur dans l’âme », ce qui par expérience ou simple bon sens nous éloigne assez franchement de la fraternité humaine.

Pour terminer, je vous invite à jeter un oeil sur le fabuleux label « Great Place to Work », certification coûtant a minima 5.900€ HT payée par l’entreprise et dont l’objet est de constater si votre employeur organise des séances de yoga entre deux plans sociaux.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *