Viens poupoule!

Il faut bien que quelqu’un s’occupe de ramasser les volailles. Alors pourquoi pas vous ? Après tout vous habitez près d’Arras, il va être temps de renoncer à des offres d’emploi flamboyantes et rentrer dans le dur, au risque d’y laisser quelques plumes.

La Picardie un dimanche soir. Salissante et rude. Champs de betteraves éclairés par une lune torve entre deux nuages tristes. Un vieux Peugeot J9 couleur EDF conduit par un agriculteur taiseux est passé vous prendre avec quelques âmes tristes dans les faubourgs d’Arras, et vous filez péniblement vers les plaines mornes, dans le ronflement tuberculeux du moteur diesel et les effluves de fiente.

L’employeur déconseille l’allergie aux poils, plumes ou poussière et je ferai désormais de même pour les personnes que j’inviterai chez moi, merci pour le conseil santé. Oui, j’ai un truc en plume.

C’est donc parti pour la chasse aux volatiles, sur l’ensemble du territoire des Hauts-de-France tout de même donc un vaste terrain de jeu, un peu à la manière d’un Pokémon Go pas du tout virtuel. De la poule, de la dinde, de la pintade, et évidemment aucune allusion ne sera faite sur la gent féminine à ce niveau du commentaire. Notons que l’ensemble des volailles ne sont pas listées, le ramassage d’autruches nécessitant la mise en place d’une prime de risque trop onéreuse.

Beaucoup de messages pour nous demander la raison pour laquelle les lapins sont inclus dans l’imaginaire volailler, leur capacité à voler étant limitée du clapier à la casserole. Sans entrer dans les détails, voici mon hypothèse: le lapin est connu pour son activité sexuelle frénétique et s’embarrasse peu de la classification des espèces dans ses élans amoureux, ce qui en fait un agréable compagnon de basse-cour.

Recentrons-nous sur cette offre. Il est tout de même bienvenu que ce travail soit proposé à temps partiel, en activité « complémentaire », en espérant que l’autre partie de votre vie professionnelle soit un peu plus réjouissante: la combo ramasseur de volaille / équipier McDo fait assez peu rêver même si elle facilite de facto la fabrication des nuggets.

On aimera pour finir le contact électronique proposé pour cette annonce digne d’Emile Zola, prodige62[at]prodige.fr, tant le métier semble relever de l’exploit quotidien. Cependant je vous incite vivement à postuler: le job est difficile, certes, mais qu’en sera-t-il quand les poules auront des dents?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *